Qualified educational producing for chaotic college students. Trust your project to professionals, invest in examine papers, and help save worthwhile time. Large superior certain custom papers.

Thyréostimuline ou TSH

Qu’est-ce que la TSH ?

La thyréostimuline est une glycoprotéine de l’hypophyse dont le rôle est de stimuler la sécrétion des hormones thyroïdiennes en agissant sur les cellules de la glande thyroïde. La production de cette hormone est soumise à une régulation qui fait intervenir différents facteurs dont une autre hormone, la TRH (Thyrotropin Releasing Factor) ainsi que les hormones thyroïdiennes elles-mêmes (T3 et T4).

role de la thyroide

Ces hormones thyroïdiennes ont un rôle de chef d’orchestre de l’organisme : régulant de nombreuses fonctions de base (digestion, température, fatigue, fertilité…). Un niveau élevé de TSH va entraîner une production excessive d’hormones thyroïdiennes (hyperthyroïdie), un niveau bas de TSH va entraîner une production insuffisance d’hormones thyroïdiennes (hypothyroïdie).

Pourquoi prescrire un dosage de a TSH ?

On comprend qu’un dosage de la THS est un très bon indicateur pour détecter une maladie thyroïdienne. Il permettra de diagnostiquer une hyper ou une hypothyroïdie, de préciser la cause du dysfonctionnement thyroïdien et de surveiller une maladie thyroïdienne et l’efficacité du traitement.

Le dosage de la TSH peut donc être effectué face à des symptômes pouvant évoquer un problème au niveau de la thyroïde :

  • Des symptômes variés évoquant un problème thyroïdien (sécheresse cutanée, frilosité, fatigue, crampe, manque d’énergie, insomnie, anxiété, état dépressif…)
  • Les personnes avec un goitre ;
  • Les personnes atteintes d’une maladie auto-immune (diabète de type 1, polyarthrite rhumatoïde) ;
  • Les patients traités avec des médicaments pouvant causer un dérèglement de la thyroïde (interféron, carbonate de lithium…)
  • Lors d’un bilan pour les femmes de plus de 50 ans ;
  • Lors d’un bilan intial pour les patients atteints de dyslipidémie ou d’hypertension artérielle ;
  • En cas d’antécédents familiaux de maladies thyroïdiennes.

En plus de ce dosage, un dosage de la T4 libre peut être demandé en cas de niveau de TSH anormal.

Comment se déroule le dosage de la TSH ?

Le prélèvement se fait à partir de sang veineux (en général au pli du coude). Il doit être réalisé de préférence le matin, en évitant le stress avant le prélèvement. Signaler d’éventuels traitements en cours. Le patient doit être à jeun et devra penser à signaler s’il est actuellement sous traitements. Certains médicaments peuvent modifier les concentrations de TSH dans le sang : les anti-thyroïdiens de synthèse (Neomercazole ®), les hormones thyroïdiennes substitutives (L-thyrxine, Levothyrox ®…), certains médicaments pour le cœur (amiodarone), le lithium, l’interféron, les corticoïdes à forte doses et la dopamine.

L’analyse est souvent faite à plusieurs reprises : toutes les 6 à 8 semaines.

Dosage sanguin de la TSH

Son dosage par des méthodes ultrasensibles (« TSH ultrasensible » ou « TSH-US »), associé à celui des hormones T3 et T4, permet d’étudier les hyper et hypothyroïdies. Cela permet de dépister des TSH très basses, et évite la réalisation de tests de stimulation. Ce dosage permet également de suivre le traitement des dysthyroïdies (en particulier des hyperthyroïdies).

Variations physiologiques de la TSH

Les valeurs normales varient d’un individu à l’autre et peuvent être affectée par de nombreux facteurs dont l’âge, le sexe et la génétique.

  • Les variations liées à l’âge. Ainsi, son taux est très élevé 30 minutes après la naissance (80 µU/ml) puis redescend dans les 5 premiers jours de la vie. Cela permet le dépistage systématique chez les nouveau-nés de l’hypothyroïdie congénitale (Test de Guthrie). Chez les personnes âgées, la TSH tend à augmenter (particulièrement chez les femmes).
  • De nombreux médicaments peuvent interférer avec les résultats du dosage : corticoïdes, sérotoninergiques, dopaminergiques, opiacés, somatostatine, somatotrophine, métoclopramide, sulpiride, noradrénaline.
  • Un niveau de TSH élevé est retrouvé au cours des premiers mois de grossesse. La grossesse fait également varier le taux de TSH (celui-ci doit être compris entre 0,4 et 2,5 mUI/L au premier trimestre de la grossesse et s’élève ensuite).

Le niveau d’alerte des TSH va donc varier selon les individus. Il est souvent associé au dosage d’autres hormones thyroïdiennes (T3L, T4L) et la réalisation d’une échographie de la thyroïde, ainsi que la présence ou non de symptômes associés.

Sources : doctissimo